AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gabrielle Van Der Moon

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabrielle Van Der Moon

avatar

Messages : 25
Domination : 2959
Âge du personnage : Quatre siècles
Localisation : A vos côtés ...
Emploi : Travailler ? Quel idée surprenante !
Don / Compétence : Transformation en louve ~ Esprit impénétrable ~ Mémoire du sang

MessageSujet: Gabrielle Van Der Moon   Mar 23 Nov - 13:37

Gabrielle Van Der Moon
Avec deux ailes



(c)sour yesterday


Papiers s'il vous plait !


GROUPE : Clan de Dracula
Là où le sang est le plus noble, mon coeur s’élance.

AGE : Quatre siècles et des poussières
Je n'ai ni compté les ans ni les siècles, c'est ennuyeux et cela fait pleurer.

LIEU D'ORIGINE : Paris
Il n’y a qu’à Paris que naissent les drames.

JOB ET/OU ÉTUDES : Prépa
Il fut un temps où j’étudiais. Et puis vins la mort.
Les vampires embrassent, les vampires aiment, les vampires prennent. Ce n'est ni un job ni une poursuite d’étude, enfin ... je crois.


DONS ET COMPÉTENCES : Transformation en louve, fermeture de l’esprit complète à toute pénétration, Mémoire du sang.
Le premier me permet de m’évader et de courir encore et encore.
Le second n’en est pas vraiment un, c’est une résistance que j’ai acquise contre les assauts de Gondrand.
Le dernier me permet de garder en mémoire le sang de ceux que je bois, je les entends quand ils me parlent, je leur envoie des messages, je m’insinue dans leur rêves, je sens leur douleur.


AVATAR : Monica Belucci

Les deux cotés du Miroir





Il existe peu d’objets qui ont de la valeur aux yeux de Gabrielle. Son peigne en fait partie. Il est le seul objet toléré à toucher ses cheveux. Les autres les abiment, les salissent, les rendent éléctriques. Gabrielle a les cheveux encre, sans la moindre couleur qui traverse. Pas de nuances, pas de mèches, ils sont juste d’un étonnant noir. Ils sont suffisament longs pour l’enrober de toute part, suffisament épais pour la protéger du froid.

Car Gabrielle est sensible, extrèmement sensible. Chaque changement dans le temps se répercute sur elle. Chaque mouvements, chaque doigts qui la touchent. Le tissu qu’elle porte est toujours exactement ce qu’il lui faut : de la douceur pour la réchauffer, du rigide pour la soutenir, elle revet selon ses humeurs ce qu’elle désire. Elle aime les robes, modernes ou anciennes mais elle s’habille également selon ce qu’elle découvre dans les magasins ou chez ses amis.

Sesyeux sont d’un marron profond qui deviens noir quand viens l’appel du sang. Ils sont très brillantes et reflètent les lumières. A l’apparence, ils semblent doux et prêt à fondre en larmes au moindre choc. Pourtant à ceux qui s’approche suffisament pour lire en eux, il sera donner de voir une véritable barrière, une impossibilité à pénétrer qui peut paraître étrange. Impénétrable la jeune femme n’offre ni le récit de sa vie, ni de longs monologues amoureux ennuyeux, ce ne sont pas ses yeux qui vont la trahir en laissant les vampires pénétrer son esprit.

Le secret est une clé, la clé dans un tissu luxueux, le tissu dans un coffret, le coffret dans un coffre, le coffre sous terre, bien caché. Il n’est pas permi à celui qui s’avance juste de pouvoir donner par alpha et béta les raisons de ses comportements, les causes de ses amours et la lenteur de ses soupirs.

Entre ses immenses yeux sombres, les traits de son nez droit et fin débutent. Les siècles ont enlever les impureté, décrasser le tracé. La jeune femme désormais a pris en beauté et en sensualité. Ses lèvres affamés sont pulpeuses mais bien dessinés, son corps tout entier a perdu de sa lourdeur pour s’enfoncer dans les gouffres du désir.

De nombreux petits tatouages marquent son corps. Sur sa cheville règne un loup hurlant à la lune. A son poignet est inscrit en lettre romaine, le jour, le mois et l’année où elle a quitté Gondrand. Sur sa gorge le signe signifiant feu en arabe enlace les marques de crocs. Le plus important à ses yeux est sans nul doute la phrase écrite en francais tout le long de sa colonne vertébrale.

Quand j’étais humaine, la beauté de ma sœur eclipsait la mienne. Mais la mort a balayé les dernières impuretés et a éclairé les beautés. Le sang que j’ai bu mortel et immortel a éveillé une pureté et une sensualité, que je ne connaissais pas à mon corps. Souvent je l'oubli et je retourne d'où je viens : la petite fille qui regardait la belle, sans rêver d'être elle. Juste émue, amoureuse devant tant de beauté.


Gabrielle aime les gens, avec passion, sans distinction. Elle s’occupe d’eux avec un talent rare. Les clans ne sont qu’un faux semblant pour elle, un désir de se battre, de vouloir du sang, toujours plus de sang.

Gabrielle aime ce doux nectar, elle le boit à la gorge de ses proies, de ses amants et de ses amis –sans distinction de race. Gabrielle n’a aucun tabou, n’a aucune religion. Elle n’a rien à quoi elle se ratache. Elle dérive sans fin sans savoir où elle va. Elle n’a pas de but, pas de motivation. Pas de rancune à avoir autre que sur elle-même.

Gabrielle est sauvage, elle agit comme elle le sens et n’a peur de rien ; Avoir peur de quelque chose, c’est avoir peur de mourir. Pourquoi aurait-elle peur de mourir ? Rien ne la retiens sur cette terre.

Gabrielle aime les gens, mais elle n’offre son amour véritable qu’à de rares personnes.
Gabrielle est un être pulsionelle, intuitif, purement et simplement instable. Il y a peu de chose à dire sur elle qui ne soit pas reveti du manteau de mystère. Il y a tellement de choses qu’elle ignore elle-même que plus l’on tente de démeler les histoires plus cela s’amplifie. Et finalement, il y a peu de choses qui ne soient paradoxales ou issu du hasard. L’étudier c’est la regarder de loin et croire la comprendre de fond en comble puis tomber sur une pierre, un hic, infranchissable.

Gabrielle pourrait être quelqu’un, quelqu’un de fort, quelqu’un au commande. Mais elle ne l’est pas. Trop habituée à être la seconde par excellence, elle n’en ressens pas la moindre envie.

L’unique raison pour laquelle elle à rejoins le clan de Dracula, c’est Dracula lui-même. Son sang est fort, très fort, le boire un jour peut-être est l’une de ses grandes motivations. Oui c’est cela, l’appel du sang suave et doux, brulant et intense. C’est cela qui la guider jusqu’au premier vampire et c’est celq ui la fera rester à ses côtés. Dumoins jusqu’à ce qu’elle ne trouve un autre sublime.

Qui je suis ? je n’en ai pas la moindre idée. Où je vais ? comment je fais ? comment je vais faire ? Sont des questions que je ne me pose plus. Les gens m’aiment et je les aime. Les gens ont besoin de quelqu’un qui s’occupe d’eux comme je sais le faire. Les gens ont besoin de savoir que l’on peut vivre sans aucune limite, sans aucun tabou.
Ma vie est devenue vide il y a bien longtemps de cela. Il ne me reste que bien peu de chose pour jouer;




The story of Your life



De votre cœur jaillira la puissance des fauves.



Tu pleures déjà pauvre petite chose. Il est le lever du jour, il est la fin de la nuit. Tellement de misère pour ta mère. Ta sœur est née dans la douceur, elle s’est éveillée au monde en ouvrant grand les yeux, sans crier, sans mourir pour autant. Ta mère était déjà fatiguée. Pas toi. Elle qui avait un si beau visage, s’est tordue de douleur. Tu avais faim de vivre.
L’on dit que la naissance détermine un être, que l’on est déjà moitié de nous à notre éveil à la vie autonome. Peut-être. Tu te battais comme une folle contre la terre entière, ta mère. Tu gesticulais, tu bougeais autant que tu pouvais. Ta mère, si pâle, criait, tellement tu la violentais. Tu avais attendu que ta sœur passe, tu ne voulais pas lui faire du mal car elle, et elle seule, comptait.
Tu es née au petit jour en laissant du sang derrière toi. Mais on essuie le sang si facilement, on oublie tout et on ne voit que la beauté.
Tu as senti pour la première fois et tu t’es senti bien. Quand on a claqué deux doigts contre ton petit ventre, tu as hurlé.


L’hirondelle, votre sœur, enseignera votre âme.


Il y a deux sœurs. Elles ont la même voix, le même visage, les mêmes yeux, leurs corps sont en tout point identiques. Gabrielle a hérité du plumage de l’hirondelle, de la robe de dame la nuit et sa sœur aînée Elisabeth a les cheveux rouges. On crie au diable bien sur ! Comment est-ce possible ? Pourquoi en tout point identique l’une d'elle aurait les cheveux flamboyant d’un rouge si puissant ?

On cria au diable, on le murmura, on ne le dit plus, mais il ne fut pas un jour où on ne le pensa pas. La mère était une couturière renommée, elle travaillait pour des agences de mode. Ces filles furent rapidement découvertes et mise sur les podiums et les magazines. Elles étaient d’une beauté simple, un visage qui bien maquillée pouvait faire des merveilles. C’était néanmoins leur étrangeté qui plaisait. La mode se nourrit de scandales et de folies. Elles furent de véritables joyaux dans de nombreuses collections.

Elisabeth était sans nul doute la préférée. Elle était la plus jolie avec ses yeux qui ressortaient si fort avec ces cheveux rouges. Elle n’avait jamais pu esquisser le moindre son alors on lui avait donné un violon avec qui Elisabeth semblait être en prolongation. Il était la voix qu’elle n’aurait jamais et elle en jouait avec talent. Son talent la poussa sur les scènes, dans les plus grands opéras et même parfois elle jouait ses propres compositions.

Gabrielle était la seule à entendre le violon pleurer. Gabrielle était la seule à entendre les cris des pieds qui ont mal, force de marcher avec les talons. La seule à entendre la longue mélodie de la pluie fade, de la peur du regard des autres. De la glace des yeux de leur père. Ces airs là, Elisabeth les reservait pour sa sœur d’âme.

Gabrielle avait eu une voix à la naissance. Et cette voix était un don. Elle s’accordait avec le violon et jouait avec ses notes comme si elle en était souveraine. Elle montait dans les aigus et descendait dans les graves. Seule sa sœur en connaissait la beauté.

Gabrielle apprit à écrire et à lire. Sa sœur n’y réussi jamais. Gabrielle se lança dans les études sans sa sœur comme on tombe d’une grue. Elisabeth continua à gagner sa vie avec facilité. Qu’y a-t-il de plus remarquable qu’une pure merveille de la nature ?


Que votre ventre engendre les héros.


La prépa fut un ordre auquel Gabrielle dut s’y plier. En échange sa sœur pu la suivre et habiter avec elle. A Paris tout semble plus irréel quand on s’y noie. Je me suis noyé comme on perd une enfance, à coup de bars et de filles. Je me souviens d’Elisabeth, qui brillait dans les yeux de Gabrielle. Gabrielle réussissait à affronter les cours, elle écoutait attentivement. Je ne sais pas si vraiment elle a travaillé un jour vraiment comme les autres prépas. Pas deux heures par soir non le prépa passe ses soirées et ses we. Elle était une touriste dans un monde d’acharné et elle s’en sortais à merveille.

Elisabeth est le fantôme qui hante Gabrielle. Gabrielle ne parle que d’Elisabeth, ne vit que pour Elisabeth.

On était en kholle, Gabrielle avait eu comme sujet : La photolithotrophie. Elle s’était arrêtée de parler, elle avait pali puis elle était parti. La professeur avait bien tenté de la suivre, de la retenir mais Gabrielle n’était que du vent, insaisissable. J’ai couru à sa suite, je ne savais pas qu’elle pouvait courir si vite. Quand on est arrivé au square, les cheveux d’Elisabeth étaient emplis de sang, la jeune femme était inconsciente mais les gars continuaient de la frapper à même le sol. J’ai eu peur de Gabrielle moi aussi, comme l’on a peur du visage et de l’âme d’une folie furieuse. Elle a tenté de frapper par tous les moyens possibles les hommes et si je n’avais pas été là sans doute qu’elle aurait rejointe sa sœur. Mais j’étais là, suffisamment grand et carré pour inspiré le respect à des voyous.

J’ai vu Elisabeth et j’ai été ébloui. Sa fragilité, sa finesse, l’amour flagrant que lui portait Gabrielle. J’ai vu la belle et j’ai vu la bête, lié dans une femme. Et j’ai vu Gabrielle, entière, complète. Si malheureuse à ce moment là mais si soulagée d’être arrivée à temps. J’ai porté Elisabeth dans mes bras et Gabrielle me surveillait comme si j’allais partir avec son joyau. Je l’ai déposé sur leur lit, et je me suis retiré plus loin. Gabrielle la déshabillé et à lavé ses blessures.

J’ai proposé d’aller à l’hôpital. Gabrielle n’a même pas pris le temps de répondre.

Elle a bougé la rouge, et Gabrielle a commencé à lui parler. Avec douceur, avec fermeté, avec tendresse. Je crois que c’est à ce moment là que j’ai commencé à être jaloux d’Elisabeth. Oui cela a du être à ce moment. Je n’ai jamais entendu Gabrielle parler comme cela, chanter des berceuses si doucement que mes yeux luttaient pour ne pas se fermer.

Ce fut la première fois où je vis Elisabeth. Gabrielle ne revins jamais au lycée. Le soir j’allais chez elle et caressai son âme. La première fois, de force, je pris ses lèvres puis son corps. Elle accepta ensuite que je puisse la toucher, l’aimer. Si Elisabeth me regardait si méchamment, c’est, j’en suis certain, que Gabrielle m’aimait.

Je n’eus jamais aucun contact avec la peau d’Elisabeth. Pourtant la nuit, elle entrait dans notre lit et y dormait. Je gardais silence et faisait semblant de dormir. Je n’avais pas peur de cette femme, j’éprouvais juste de la jalousie. Je lui serais éternellement reconnaissant d’avoir laisser Gabrielle être à mes côtés. Je n’étais pourtant qu’un étranger. Je n’avais pas le droit de m’occuper vraiment de Gabrielle et celle-ci passait tout son temps à s’occuper d’Elisabeth. Elle l’habillait, elle la coiffait, elle la maquillait. C’était elle qui choisissait les défilés, les concerts et les photos.

Je m’étais toujours dis qu’un jour elles disparaitraient, et puis, avec le temps, j’avais cessé d’y croire. J’eu tords.












Aux anciens la Muse a tout permis de dire,
Tellement qu'il ne reste à nous autres derniers


Son cœur bat fort, jumeau du tien. Tu as peur. Il rit l’homme aux yeux chats et à la chevelure sombre.

- Vous êtes si belles. Je vous ai vu et revu. Votre enfance, votre adolescence tout. L’éveil d’une pureté, l’éveil d’une beauté. Qui n’aurait pu voir l’œuvre du diable dans votre admirable naissance.

Gabrielle ne sait quoi penser. Sa tête semble prête à exploser, elle vient de se réveiller dans cette pièce sombre. Un homme parle à la fenêtre. Un homme les ensorcelle de sa voix d’ange.

- J’ai écouté le violon et mon cœur d’immortel s’est retenu dans sa course. Mon corps s’est envolé. Mon âme s’est grandie. L’espace, le temps n’avait plus de valeur. Mais je suis revenu au monde réel dans un état de manque pareil à celui de l’appel du sang.

Les jumelles tremblent maintenant, la peur est un pas de l’homme. Son assurance les étouffe.

- Et puis j’ai entendu la voix la plus parfaite qu’il me fut donné d’entendre. Parfaite, Non c’était plus que cela. Les parfaites fréquences pour mon ouïe sensible. Une sensibilité à fleur d’âme dans chacune des notes. Si proche, si proche que l’ange à assoupli mon cœur, à anoblie mon âme et que mon corps tout entier a vibré à l’unisson. Dans l’écrin caché j’avais trouvé mon graal. Un écrin si caché, si profond et si lointain.

Gabrielle se recule, se colle contre les murs. Elle ne veut pas entendre, elle ne veut pas saisir. Il a osé lui voler ce qu’elle avait de plus précieux à offrir pour sa sœur. L’homme parle toujours avec calme, avec simplicité sans se soucier de la peur qu’il inflige.

- J’ai du mal à croire, du mal à saisir comment une humaine peut encore m’inspirer tout ceci. Cela ne se peut. C’est un signe du destin, de notre mère vengeresse. Ta sœur est un peu la marque pour que les êtres comme nous puissent te reconnaître ; Tu n’es pas fait pour être humaine. Je ferais de toi, jolie petite pierre, un joyau que l’on me jalousera.


Sinon le désespoir d'ensuivre les premiers
Et, béant après eux, reconnaître leur trace


Il regarde sa sœur et sa sœur s’endors.
Il la regarde, elle ne peut plus parler, elle ne peut plus entendre. Il la regarde et elle s’avance, pas à pas. Contre sa volonté, contre son bon vouloir.

- Quelle magnifique dame vas-tu faire ! Vois comme tu me résistes, la puissance de ton pauvre esprit d’humain. J’aurais tant de mal à jouer avec ton corps.

Il s’approche et lui tend la main. Une main froide et blanche, douce et dure à la fois. Elle y pose sa main et se laisse aller tandis qu’il la fait tourner sur elle-même et l’enserre. Il la tient si fort maintenant. Ils sont l’un contre l’autre, tournée vers Elisabeth. Il ne peut plus la contrôler maintenant qu’il ne la regarde plus. Elle se débat, elle jure, cri et gronde. Rien n’y fait. Il se joue d’elle lui murmurant des mots qu’elle ne veut pas entendre. Et puis la rage l’atteint lui aussi. Ses crocs s’allongent, ses traits dévoilent sa faim.

Gondrand embrasse le cou de Gabrielle, avec une douceur infinie. Il est tellement rare que ce soit le cas. Elle tressaille de tout son être, la terreur prend le dessus et elle ne se contrôle plus. Les crocs de la bête pénètrent enfin la belle, lui déchirant la peau. La brune cesse de crier.


Des vieux siècles passés, qui burent à longs traits
Toute l'eau jusqu'au fond des filles de Mémoire,
N'en laissant une goutte aux derniers pour en boire,



La douleur, la violence puis la lente descente dans les abysses de l’abandon. Gabrielle ne contrôle plus son corps, celui ci glisse et s’affale. Il est tellement lourd d’être des hommes. Le poids des ans, la lenteur des mots, des idées et des jours. Elle est si fatiguée d’être ce quel est. Si fatiguée et si étourdie par la douleur. Gabrielle aime se sentir aussi démunie, aussi étrangement accompagnée. Gabrielle aime ce calme. Le sang qui bat de moins en moins ses artères. La sensation de ne rien pouvoir faire de mieux, d’être dans la perfection de ce que l’on attend d’elle. L’adversaire était de taille, elle n’aurait pu se battre mieux.

Les gorgées bues, une à une, sont les seuls bruits qu’elle entend. La seule chose de réelle finalement. Tout le reste n’est que mirage et faux entendements. Son corps se meurt et, conscient, l’embrase de couleurs et de beauté.

Mais bientôt il ne reste que la lourdeur et le poids. Elle n’a plus aucune force. Peu de sang pour l’irriguer. Gondrand l’allonge sur son lit.

- Profite de tes derniers moments d’humidité.

Elle s’y prépare, à la mort, à la grande obscurité, au profond mystère. Gabrielle ferme ses yeux. Quelques minutes plus tard ou quelques heures, elle les rouvre, la brune est trop faible pour dormir. Tout son corps la supplie de rester éveiller.

- Elisabeth.

Pas un bruit, pas une réponse. Il n’y a personne dans la pièce.

- Elisabeth.

Sa voix ne porte pas, son âme dérive. Il a pris Elisabeth. Il a volé sa sœur. Il l’a touché, il l’a mordu peut-être. Pas Elisabeth. L'angoisse noue son âme.

Gondrand est revenu seul et elle n’eut pas la force de lui demander. Sa voix n’esquissait plus un son. Il s’approcha d’elle et commença à parler. Parler et parler encore mais Gabrielle ne pouvait entendre. Ses crocs crochetèrent sa peau parfaite et firent couler le venin sacré dans la bouche de Gabrielle. Elle laissa la vie reprendre son souffle dans son âme. Son cœur enthousiaste se mit à fanfaronner de toute force. Une force nouvelle s’engouffra dans son corps, qui se tendait à l’extrême. L’odeur et le goût du sang étaient aussi délicieux qu’a sa naissance.

Après l’absolu plaisir vins l’horrible douleur. Son corps se tordait incontrolable tandis que son âme appelait sa sœur encore et encore.

Gondrand donna beaucoup, trop peut-être. Son âge, son statut donnait à son unique fille, une puissance potentielle remarquable. Mais il n’en avait cure. Il serait à jamais plus fort qu’elle. Il la dominerait quoi qu’il arrive.


Mais ils montent en vain, car plus ils y séjournent,
Et plus mourant de soif au logis s'en retournent.


Gondrand laissa son enfant se rebeller comme si c’était une étape à franchir prévue par lui-même. Elle cria, il souri. Elle arreta de parler, il ria d’elle. Elle tenta de le frapper, il la frappa encore plus fort. Elle lui tendit des pièges, il lui rendu coup sur coup. Gondrand ne tolérai aucune violence, aucun acte même moindre qui ne répondrai pas aux lois de son éthique, de son éducation. Il la corrigeai comme on corrige un chiot, avec la même fermeté et sans une goutte de méchanceté.

La première fois qu’elle goutta le sang d’un homme, la brune se senti chez elle, dans son royaume. Gondrand le su immédiatement. La première fois qu’il l'a punit en l’enfermant sans sang, ce fut un calvaire qui ramena le calme pendant de longs jours entre eux. Elle ne lui parlait certes plus que quand il l’exigeait mais, au moins, elle devenait respectueuse.

Gabrielle ne se rendait pas compte de sa force qu’en la présence des hommes. Etant sans cesse avec Gondrand elle se sentait plutôt être de plus en plus faible alors qu’il se voyait obligée de la punir de plus en plus fermement.

Il l’obligeait à chanter, mais elle n’y mettait aucune âme. Il s’en fâchai et ils finissaient toujours par se disputer. Leurs disputes finissaient toujours par une prise de contrôle de Gondrand sur Gabrielle. Une fois Gabrielle tendit un piège suffisamment brillant pour menacer la vie de Gondrand. Ce fut sa dernière manœuvre de résistance car Gondrand se vengea d'une manière terrible en détruisant toute son existence.

Moi donc qui, de longtemps, par épreuve sais bien
Qu'au sommet de Parnasse on ne trouve plus rien


Tu es seule dans cette cage où il t’a mis, et tu as faim. Une faim dévorante, une faim destructrice. Tes crocs sont sorti même si tu ne peux t’en servir. Tu trembles de froid. Des muscles sont noué. Tu vas mourir. Gondrand va te laisser mourir, à cette idée quelques secondes tu as peur. Mais tu te reconfortes, tu te soulages de ta peine en ne pensant qu’au sang. Maudit nectar pourquoi il refuse de t’en donner ? Pourquoi depuis une semaine ? Encore un jour et tu n’auras plus la force de ne rien faire.
Il est arrivé alors tu lui saute au cou pour tenter de voler son nectar à lui. Mais il t’attrape et te tiens serrée, tu ne peux plus bouger. Il te sort dans la rue, t’amène à une ruelle étroite. Il y a quelqu’un.

Son cœur bat avec force, tu peux sentir son sang qui s’écoule, sans cesse poussé par son cœur, sans cesse battant les artères. Tu peux même sentir les réservoirs de sang que sont les veines. Chacun des frissons, chaque passage dans les capillaires. Tu n’as jamais vécu si intense moment.

A tes pas qui s’avancent, tu te rend comptes que Gondrand t’as laché. Tu es hypnosée, jamais sang n’a senti si bon. Jamais sang tu as désirée avec autant de passion. La femme se lève et tu l’as vois, sublime. Tu crèves d’envie de l’embrasser alors tu le fais. Puis tu t’éloignes quelques peu. Un visage d’ange emflammé, la pureté, la beauté à l’état brute derrière les traits creusés et des cicatrices au visage. On a battu cette femme, on a scarifié cette femme. Tu lèches les plaies depuis longtemps fermées comme si sa pouvait encore avoir une incidence. Tu l’embrasses encore.

Gondrand parle, tu n’écoutes que la fin.

- Je t’ai rendu ce qui étais à toi. A partir de maintenant tu seras sage.

Ses lèvres ont un gout sucré, son odeur te fais trembler. Les crocs blessent ses gensives. Elle tressaille. Une goutte de sang se pose sur ta langue. Tu n’as jamais connu si bon. Ton corps tout entier se serre. Tu ne peux plus attendre.

Tes doigts écartent les cheveux rouges et des crocs s’attaquent à la chair. Le sang est si bon, un concentré d’extase. En toi il brule, il te drague, il t’oxygène. Jamais sang ne fut si bon. Jamais sang ne fut si puissant en toi.


Pour étancher la soif d'une gorge altérée,
Je veux aller chercher quelque source sacrée
D'un ruisseau non touché, qui murmurant s'enfuit
Dedans un beau verger, loin de gens et de bruit,


Les larmes coulent sans fin sur son visage. Gabrielle reste immobile, Gabrielle reste, ombre d’elle-même, sur le lit de Gondrand. Elle a accepté de chanter et sa voix fut une pure merveille. Elle a accepté de boire à intervalle régulier et de survivre. En fait elle a accepté toutes les remarques, tout les ordres. Gondrand a gagné sur elle. Il a tué à la racine toute raison pour elle de combattre.
Quand il l’embrasse, elle ne dis rien. Quoi dire ? Que jamais il n’aura la saveur des lèvres de sa sœur ? Quand il l’entraine et la déshabille, elle ne se débat plus. Quand il jouit en elle, elle se laisse à en prendre du plaisir elle aussi. Mais elle exige qu’il la paie de son sang qu’elle boie pour se renforcer.

Il lui apprend, alors qu’elle se remet à la vie, peu à peu tout ce qu’il sait. Se battre à main nue, se protéger de l’esprit des autres, la transformation en louve également alors que lui préférera le renard. En ces domaines elle a un talent sur.

Gondrand la cajole, lui offre des cadeaux, des fleurs qui s’entassent dans leur chambre. Il lui lit des vieilles histoires, la fait voyager à travers le monde. Gabrielle deviens de plus en plus puissante, de plus en plus terrible. Terrible prédatrice elle s’amuse à jouer avec ses victimes. A jouer avec Gondrand. Elle met en scène des violences qui le font frémir. Elle se met à coucher avec qui bon lui semble pour exiter sa jalousie.


Source que le soleil n'aura jamais connue,
Que les oiseaux du ciel de leur bouche cornue
N'auront jamais souillée, et où les pastoureaux
N'auront jamais conduit les pieds de leurs taureaux.


Gabrielle fit une chose qu’elle ne pensai pas possible. Sur un coup de tête, sans se rendre compte qu’elle osai vraiment le faire. Elle fit l’une des choses les plus terrible qu’on puisse faire à son maître. Elle disparut, elle l’abandonna à sa solitude et à ses regrets.

Gabrielle parti et quoi qu’il fit pour la retrouver ce ne fut pas assez. Elle vécu avec les hommes, chassa avec les loups, dansa avec des vampires. Où qu’il passait il pouvait toujours voir des traces du passage, mais sa traque n’arriva jamais à sa fin.
Gabrielle ne pouvait certes le tuer mais elle avait trouvé un moyen de le blesser et une facon de ne l’avoir, enfin, plus à ses côtés.




Sommes-nous plus divins qu'Achille ni qu'Ajax,
Qu'Alexandre ou César, qui ne se surent pas
Défendre du trépas, bien qu'ils eussent en guerre
Réduite sous leurs mains presque toute la terre ?

Londres est une ville étonnante, elle recèle mille trésors à celui qui sait les chercher. Et Gabrielle a vu, ou plutôt elle y a senti un trésor. Un sang pur comme jamais elle n’en avait humé, une puissance comme jamais elle avait pu percevoir si fort son intensité. Il y avait un vieux, vieux vampire, avec un sang si pur qu’il semblait bien être le premier vampire. Oui, tant qu’il serait là, tant qu’elle pourrait l’être également, Gabrielle resterait.



Les temps avancent et les mortels s'entassent, un à un dans leur cimetière tandis que les immortels s'ennuient de plus en plus, entassant regrets sur regrets, passions violentes sur passions mortes. Je ne peux dire exactement où je fus durant les années et les siècles. J'ai appris beaucoup de choses et la plus importante fut peut-être que j'eut enfin, une existence à moins seule. Le hasard force les belles rencontres et c'est lui et lui seul qui m'amena ici.





Hey You !


PRÉNOM/SURNOM :
AGE : 20 ans
NIVEAU : Je vous laisse en juger.
COMMENT AS-TU CONNU "Toute la vérité" ? : Tour de jeu
ET T'EN PENSE QUOI EN TOUTE SINCÉRITÉ ? : Sincèrement, pourquoi imposer des avatars de célébrités ? Ce n’est pas un concept auquel j’adhère d’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Dracula
I'm the King of Vampire !
avatar

Messages : 405
Domination : 3051
Âge du personnage : 803 ans
Localisation : Londres
Emploi : Chef du clan Dracula
Don / Compétence : Charme ~ Transformation en loup ~ Lévitation

MessageSujet: Re: Gabrielle Van Der Moon   Mar 23 Nov - 17:43

Bienvenue parmi nous !
Du coup, si tu pouvais juste réduite ta bannière, car elle déforme toute la page >< (je peux la redimensionner si tu veux ^^)
Je vais de ce pas lire ta fiche, mais déjà, très bon choix de clan (a)
Juste pour info, elle est terminée je présume ?

_________________

★ Tu sais que tu me fais de l'effet ? ★
Clan Dracula | Maison Royale | Home
Biographie | Persos prédéfinis | Liens

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle Van Der Moon

avatar

Messages : 25
Domination : 2959
Âge du personnage : Quatre siècles
Localisation : A vos côtés ...
Emploi : Travailler ? Quel idée surprenante !
Don / Compétence : Transformation en louve ~ Esprit impénétrable ~ Mémoire du sang

MessageSujet: Re: Gabrielle Van Der Moon   Mar 23 Nov - 17:46

Merci !
Je veux bien que tu la redimensiones, je ne suis pas très douée avec tout les trucs technologiques.
Oui la fiche est terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Dracula
I'm the King of Vampire !
avatar

Messages : 405
Domination : 3051
Âge du personnage : 803 ans
Localisation : Londres
Emploi : Chef du clan Dracula
Don / Compétence : Charme ~ Transformation en loup ~ Lévitation

MessageSujet: Re: Gabrielle Van Der Moon   Mar 23 Nov - 18:28

Alors je vais considérer que le deuxième pouvoir en est un par contre, parce qu'il implique une résistance aux pouvoirs mentaux des autres (illusions, télépathie...), qui eux, en sont véritablement. Mais pour le coup, ça ne changera rien ^^

"L’unique raison pour laquelle elle à rejoins le clan de Dracula, c’est Dracula lui-même. Son sang est fort, très fort, le boire un jour peut-être est l’une de ses grandes motivations. Oui c’est cela, l’appel du sang suave et doux, brulant et intense. C’est cela qui la guider jusqu’au premier vampire et c’est celui qui la fera rester à ses côtés. Du moins jusqu’à ce qu’elle ne trouve un autre sublime."

Hem hem. Merci *.*. Mais tu ne trouvera jamais quelqu'un de plus sublime, je suis le vampire le plus ancien MOUAHAHA.

Bref. Ta fiche est sublime, le style d'écriture est excellent. Je suis amoureux de toi. Je pense t'épouser. Tu es la femme de ma vie.

Non, sérieusement, c'est avec grand plaisir que je te valide !

Pour faire tes demandes de job, logement ou autre c'est ICI, si tu veux faciliter tes liens avec les autres membres, c'est par LA

_________________

★ Tu sais que tu me fais de l'effet ? ★
Clan Dracula | Maison Royale | Home
Biographie | Persos prédéfinis | Liens

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle Van Der Moon

avatar

Messages : 25
Domination : 2959
Âge du personnage : Quatre siècles
Localisation : A vos côtés ...
Emploi : Travailler ? Quel idée surprenante !
Don / Compétence : Transformation en louve ~ Esprit impénétrable ~ Mémoire du sang

MessageSujet: Re: Gabrielle Van Der Moon   Mar 23 Nov - 18:35

La femme de ta vie, si peu ?

Méfie toi, qui dit sublime ne veux pas forcement dire ancien ...

Merci ! Je vais de ce pas voir tout ceci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gabrielle Van Der Moon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabrielle Van Der Moon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Gabrielle Delacourt
» Orks: Bad Moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: C.A. :: Journal d'un vampire :: Journaux acceptés-
Sauter vers: